Le remaniement du gouvernement turc ne calme pas les esprits

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a dû remplacer dix des 20 membres de son cabinet après la démission de trois d’entre eux sur fond de scandale de corruption. Furieux, le chef du gouvernement a également limogé près de 550 policiers liés à l’enquête qui ébranle son parti islamo-conservateur, l’AKP.

Le Premier ministre voit dans ce scandale une opération dirigée contre son gouvernement par la confrérie du prédicateur musulman Fetullah Gülen, son ancien mentor aujourd’hui en exil. L’opposition n’y croit pas et manifestait hier pour réclamer sa démission. Quelques heurts ont éclaté entre policiers et manifestants.